PARIS – Les années folles

La chaîne de télévision de France3 a récemment proposé à ses téléspectateurs un documentaire sur le « Paris des années 20 ». Une réussite puisqu’il semble que cette émission ait provoqué chez le public un engouement pour cette période au parfum intrigant. Les librairies ont, en effet, pu constater une augmentation de la demande concernant les ouvrages existants sur le sujet. J’ai moi-même acquis un ouvrage que je vous recommande. Il a pour titre (peu original, certes, mais ayant le mérite d’être explicite) « Paris Années folles, 100 photos de Légende », paru aux éditions Parigramme. Il regorge de photographies d’époque. Vous y trouverez aussi bien les personnages ayant marqué ces années-là, Joséphine Baker à la Coupole, Sacha Guitry, Kiki de Montparnasse, Mistinguett chez Maxim’s ou encore René Lacoste remportant les Internationaux de France à Roland-Garros, que des représentations du marchand de gui déambulant dans les rues, vêtu de sa propre marchandise. Tout un programme!

Ce livre est un petit trésor qui vous plonge au fil des pages dans l’atmosphère si particulière des années folles. Mais au fait, pourquoi avoir baptisé cette période : « les années folles »? Selon diverses sources, au lendemain de la première guerre mondiale, la France s’est vue, d’une certaine manière, renaître. Cet environnement a permis de faire apparaître un mouvement d’euphorie et de liberté où l’amusement était le maître-mot. En somme, une véritable effervescence qui généra l’inspiration et la création dans le domaine de l’art, du cinéma et plus globalement de la culture. On pense alors à Coco Chanel, Joséphine Baker et sa danse décomplexée ainsi qu’aux grands maîtres de la peinture qui se retrouvaient jadis dans le quartier fameux de Montmartre.

Cette édition a également le mérite de donner à son lecteur un aperçu des scènes et endroits emblématiques de Paris en 1920. Comment échapper au charme d’une porte Saint-Denis, de la voûte du viaduc de Passy, de la rue Pigalle, de Montmartre ou encore du Lido sur les Champs-Elysées?

Mais les années folles possédaient également leur part d’ombre où le luxe et l’amusement côtoyaient un chômage grandissant et une pauvreté bien palpable. C’est aussi l’apanage de cet ouvrage qui se veut carrément authentique. On l’aura compris, les années folles, c’était bel et bien un art de vivre.

Lyn.

IMG_2336[3]

Vous trouverez ci-dessous le lien donnant accès à l’émission produite par France3:

http://www.pleinevie.fr/article/documentaire-france-3-nous-plonge-dans-le-paris-des-annees-folles-13527

98906_l-art-de-vivre

Publicités